Conte : Tout ce qui arrive est pour ton bien


Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/livreshe/www/wp-includes/functions.php on line 3839

IMG_8055
Il y a bien longtemps, un roi avait un sage conseiller. Celui-ci avait pour habitude de répéter au souverain : « Tout ce qui t’arrive est pour ton bien ». Or, il arriva que lors d’une parade, le roi lâcha son sabre et se trancha un orteil. Fort contrarié, il se rendit chez son conseiller et lui demanda si cet accident était arrivé pour son bien. Le sage lui répéta une fois de plus : « Tout ce qui t’arrive est pour ton bien ». Fou furieux, il considéra ses paroles comme un affront et décida de l’emprisonner pour le punir.

Quelque temps plus tard, le roi partit à la chasse entouré de sa cour. La troupe se dispersa assez rapidement dans l’immense forêt, si bien que quand la nuit tomba, le roi se retrouva seul et qui plus est perdu. Il eut beau appeler, personne ne répondit. Il chercha, chercha et chercha encore une issue, en vain. A bout de force, il finit par apercevoir la leur d’un feu. « Sauvé, je suis sauvé ! » se dit-il. Il marcha donc vers la lumière et découvrit une tribu qu’il ne connaissait pas dans son royaume. Il se présenta comme le roi de cette forêt et leur promis une grande récompense s’ils l’aidaient à retrouver son palais.

Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu. Les indigènes ne parlaient pas sa langue. Ils se montrèrent agressifs et le roi comprit vite qu’il était tombé sur une tribu de cannibales dont ses soldats lui avaient déjà mentionné l’existence. Ils firent donc les préparatifs pour le manger, et avant de le rôtir, ils le déshabillèrent. C’est à ce moment qu’ils aperçurent son pied mutilé. Or, comme tout le monde le sait, les cannibales ne dévorent jamais les personnes estropiées. Ils le relâchèrent donc, non sans regret tant il paraissait appétissant.

Après quelques périples, le roi finit enfin par retrouver son palais. Il s’empressa d’aller trouver son conseiller et de le libérer : « C’est vrai, tu avais raison : même cet accident avec mon sabre s’est révélé être pour mon bien. Mais je doute fort que tu puisses considérer que ces semaines passées en prison aient été pour ton bien ! ». Ce à quoi le sage répondit : « Majesté, tout ce qui m’arrive est pour mon bien. Si je n’avais pas été en prison, je vous aurais accompagné à la chasse. Mais moi, je ne vous aurais pas lâché et nous nous serions retrouvés tous les deux chez les cannibales. Or moi, j’ai encore mes dix orteils… »

Alors… on accepte les imprévus et que l’on ne sait pas ce qui est bon pour nous… ou pas ?

Laisser un commentaire