Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués


Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/livreshe/www/wp-includes/functions.php on line 3839

guide intelligents doués

 

     Béatrice Millêtre est l’auteur de ce Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués. Un nom pareil, ça ne s’invente pas lorsque l’on est docteur en psychologie, spécialiste en sciences cognitives et psychothérapeute. Je pense que le long titre de cet ouvrage résume très bien son contenu et surtout ceux à qui il s’adresse.

Pour être sûr que l’on fait bien partie de ce groupe un peu décalé, elle commence d’ailleurs par le définir. Ceux qui ont toujours eu sur leur carnet de notes qu’ils étaient intelligents et capables de beaucoup mieux s’ils se donnaient la peine vont vite se reconnaître. Ils vont trouver des réponses, ils vont comprendre enfin ce sentiment d’incompréhension, apprendre à vivre avec les autres et pouvoir enfin libérer leur potentiel. Alors, êtes-vous prêt à entrer dans les deux mondes de l’intuitif et du linéaire ?

1. Qui suis-je ?

     Avez-vous le vague sentiment que vous n’êtes pas comme tout le monde ? Que quelque chose ne va pas ? Vous vous sentez intelligent, pas mal même, mais vous rejetez vite cette idée pour un sentiment d’incapacité, de paresse et/ou de nullité. Mais il est vrai que lorsque vous êtes motivé, vous pouvez déplacer des montagnes. D’ailleurs vous l’avez déjà fait. Vous réfléchissez vite, vous êtes vif et vous avez des certitudes. Vous avez du mal à expliquer votre raisonnement mais il est certain que vous avez raison.

D’ailleurs, la réflexion se fait parfois sans votre volonté. Vous prenez un sujet, cherchez quelques informations le concernant et puis vous n’y pensez plus. Quelque temps plus tard, la solution sort toute seule du chapeau. C’est ainsi que ça se passait pour vos dissertations à l’école. A la lecture du sujet, vous réfléchissiez, balanciez quelques idées sur un papier, regardiez un oiseau passer… comme c’est beau, ça vous faisait penser à Jonathan Livingston le goéland et… réfléchissiez encore, au fait, faudra envoyer un mail à Micheline en rentrant… et écriviez tout d’un coup au dernier moment. Non ?

Et puis parfois, vous pensez que vous pouvez tout faire, tout apprendre, vous avez mille intérêts et non une seule passion. Vous en avez tellement d’ailleurs que vous n’arrivez plus à choisir. Il est même possible que vous ne réalisiez rien.

CHEMINS

Bien souvent, on vous pense instable car vous vous éparpillez. Vous ne finissez pas toujours ce que vous avez commencé et puis il faut dire que vous avez mille projets, idées, listes… Vous n’êtes souvent ni pour, ni contre, vous acceptez que vous ne savez pas. Du coup on ne vous suit pas et cela vous énerve. Vous vous sentez incompris.

Votre hypersensibilité ne vous aide pas. Votre empathie vous apprend beaucoup sur les autres et vous comprenez les choses dans leur globalité. Heureusement, votre bel enthousiasme est communicatif et on aime être à vos côtés.

Bref, vous êtes intelligent mais votre décalage avec les autres vous donne le sentiment de ne pas faire partie de la fête et que vous êtes en fin de compte incompétent. Alors d’où vient cette sensation ?

2. Deux planètes cohabitent

     Cette impression ne tombe pas du ciel. Vous faites en effet partie d’une minorité physiologique, celle du raisonnement global. Vous êtes droitier du cerveau. Je m’explique.

Il existe deux groupes de personnes ayant des systèmes de raisonnement différents. La majorité des gens utilisent essentiellement leur hémisphère gauche pour réfléchir et vous, être intelligent qui ne se pense pas très doué, vous utilisez votre hémisphère droit. Attention, je ne dis pas que ceux qui utilisent l’hémisphère gauche ne sont pas intelligents, au contraire. Je dis juste que ces deux groupes sont différents. Par contre, pourquoi cette différence ? Je ne sais pas. Sûrement parce qu’il faut de tout pour faire un monde équilibré.

Les études ont donc montré qu’il existe clairement des spécificités aux deux hémisphères. Mais une toute nouvelle étude (Jeff Anderson) démontre bien que ce n’est pas si simpliste et que les deux hémisphères travaillent en binôme.

Ainsi, le cerveau gauche repose sur les mots, pendant que le droit repose sur le non-verbal. Ceux qui utilisent le gauche ont un raisonnement linéaire, séquentielle, pendant que ceux qui utilisent le droit ont un raisonnement global et intuitif. En global, les études ont montré que l’influx nerveux est plus rapide et que donc la pensée va plus vite.

Linéaire / Global

Voici un rapide inventaire des compétences de chacun. Je les appellerai  respectivement les séquentiels et les globaux.

Alors que vous vous demandez « pourquoi », les séquentiels gèrent le « comment ». Ces derniers sont donc plus pratiques et voient le détail, une chose après l’autre, pendant que vous visualisez l’Ensemble.

Les globaux aiment les surprises et la nouveauté. Les séquentiels eux préfèrent la routine, ça les rassure.

Au quotidien, les différences sont nombreuses et visibles. Le séquentiel se lève, pendant que l’eau chauffe, il allume l’ordinateur. Lors de l’habillage, il lance internet pour être le plus efficace possible. Le global lui va prendre son petit déjeuner. Après il se prépare et ensuite allume l’ordinateur devant lequel il attend qu’internet se lance.

Le séquentiel suit plus facilement les règles ou les étapes d’une recette alors que le global lit la recette et adapte toujours quelque chose.

A l’école les séquentiels sont plus adaptés car les techniques ont été pensées pour le plus grand nombre. Il est possible que la sensation de décalage et d’incompétence démarre à ce stade, le global pensant que s’il a du mal à suivre, à s’expliquer… c’est qu’il est mauvais. La non-confiance en soit peut vite s’enraciner comme une étiquette qui se colle dans le dos.

Il conviendrait donc à présent de vous soulagez de vos anciennes croyances pour déployer vos ailes ! Vous êtes d’accord ?

3. Je libère mon potentiel

Tout est possible

     Lors d’un travail à réaliser, il convient de mettre ce projet en priorité. Comme tout vous intéresse, vous vous éparpillez facilement. Alors pour ne pas tout faire sauf le plus important, écrivez votre projet principal en 2/3 mots en gros sur une feuille et collez-là au-dessus du bureau ou sur le réfrigérateur.

Ensuite, noter vos idées, nourrissez volontairement le sujet, ouvrez vos antennes pour récupérer le plus d’éléments possibles.

Le conseil qui vient va peut-être vous surprendre mais… laisser faire passivement, pensez-y juste en bruit de fond. Oui je sais ça fait un peu « loser » mais franchement, ce n’est pas comme ça que vous révisiez ? Plus tard que les autres, de manière moins assidue mais vous aviez quand même de bonnes notes ?

De toute façon le moment venue (ou l’urgence d’ailleurs), vous pourrez agir sans réfléchir et tout se mettra en place. La seule attitude à laquelle faire attention à ce stade et d’apprendre à vous arrêter. Vous avez peut-être tendance à vouloir faire totalement le tour de la question mais peu de réponses sont exhaustives.

Mais en dehors de ce projet principal, votre tendance à faire plusieurs choses en même temps est complètement justifiée. Vous en avez besoin pour être efficace, sinon vous vous démotivez. Vous ne terminerez pas tout mais tous les rêves ne sont pas faits pour être réalisés. Cependant, ne vous laissez pas envahir.

Dans Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués, vous trouverez différentes méthodes pour trouver votre voix au milieu de tous les possibles (puisque tout est possible !) ou apprendre à vous motiver… Il y a aussi des conseils pour se faire un peu plus confiance et prendre conscience de ce que l’on est…http://raphaelb.canalblog.com/

                    Dessin de Raphaelb : http://raphaelb.canalblog.com/

Enfin, un des meilleurs conseils est celui-ci : ne vous comparez pas aux autres. La majorité de votre entourage roule avec un autre carburant que le votre et il convient de l’accepter. Comprendre le raisonnement des autres, faire avec, réfléchir à comment jouer ensemble aux mêmes jeux, est un défi à la hauteur de vos compétences. Rien ne vaut une équipe avec à son bord des linéaires et des globaux qui réfléchissent ensemble et se partagent les tâches intelligemment.

 Vous pouvez aller plus loin avec Béatrice Millêtre



Laisser un commentaire