Relaxation, introduction et exercice de respiration


Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/livreshe/www/wp-includes/functions.php on line 3893

La relaxation : nouvelles approches, nouvelles pratiques

Phrase-clé de La relaxation: Nouvelles approches, nouvelles pratiques : « Si les différentes méthodes de relaxation et de méditation sont connues depuis très longtemps, elles commencent seulement à être proposées en psychologie et en médecine. Considérées à tort comme des techniques mineures, elles sont reconnues aujourd’hui comme l’approche de médecine complémentaire la plus pratiquée, la plus accessible et certainement la plus efficace. »

     La relaxation est un mot utilisé à tout va mais qui décrit pourtant un état et des techniques précises. Le livre : La relaxation: Nouvelles approches, nouvelles pratiques de Dominique Servant est un ouvrage abordable. Il présente les bases de la relaxation, les indications et une boîte à outils conséquente, applicable en médecine et en psychologie.

Je présente aujourd’hui le début du livre qui est très complet et mérite donc plusieurs articles détaillés. Je vais donc introduire la relaxation et en bas de l’article, vous proposer un exercice de respiration.

Ce terme un peu générique décrit aussi bien des méthodes très anciennes de la tradition médicale et psychologique, de mouvements philosophiques ou religieux, une bonne soirée télé ou entre amis, un pique-nique en forêt ou encore un bon livre près du feu pour ceux qui ont la chance d’avoir une cheminée. Disons donc que ces derniers sont du domaine de la détente ou d’un bon moment mais que mon propos (et celui du livre) se cantonnera à « La Relaxation » en tant que pratique thérapeutique. J’exerce quasi quotidiennement la relaxation avec tout type de personne et ce depuis une dizaine d’années. J’espère vous faire passer un peu de mon engouement pour le sujet.

Une définition de Herbert Benson en  1974 explique que c’est un état marqué par une diminution du niveau d’alerte, de la fréquence cardiaque et respiratoire et de la tension artérielle. Nous connaissons alors une sensation de détente et de bien-être. Oui, voilà, alors on peut se dire que voilà encore une définition un peu technique mais quand on sait que cet état physiologique s’oppose directement aux manifestations du stress, de tension et d’anxiété, on se dit que ça peut être intéressant d’y regarder à deux fois. En effet, alors que je respire plus vite et plus fort quand je stress, que je cherche une grande respiration devant l’angoisse, je respire doucement et j’ai besoin de peu d’air lorsque je suis en état de relaxation. Se concentrer sur cette condition rappelle à votre corps combien il est bon de se détendre, qu’il s’y sent mieux et devient beaucoup plus performant. Nous vivons au quotidien dans le stress d’une société qui va vite, trop vite. Nous avons besoin de moments de pause pour pouvoir continuer correctement.

relaxation

Toutes les techniques aboutissent à une relaxation corporelle et psychologique. Par contre, certaines ont un point de départ corporel (relaxation musculaire, contrôle respiratoire…) et d’autres un point de départ mental (méditation, visualisation…). Le choix se fait en fonction de l’objectif et aussi de la personnalité de chacun. Je ne peux pas demander ou dire la même chose à tout le monde. Certains ne s’allongeront jamais devant moi les yeux fermés à la première séance (et je les comprend) alors que d’autres au contraire se sentiront rassurés dans cette position et par ma présence bienveillante. En tout cas, ce petit sourire embrumé dans un visage détendu et ces yeux mi-clos post relaxation sont pour moi un retour en or.

Les indications de la relaxation sont diverses et se classent à deux niveaux.

  • la réduction de symptômes comme la douleur, une inflammation, l’anxiété ou  la colère, l’insomnie, l’asthme, la dépression ou des évitements comportementaux…
  • un but psychothérapeutique où le patient chemine vers un objectif plus complexe

Mais vous vous demandez aussi sûrement qui ne peut pas jouir de ces pratiques formidables. Et bien pas grand monde. Les personnes qui ont un seuil d’anxiété très bas doivent être suivi par un spécialiste pour suivre un cheminement très adapté. Il existe également des gens dont l’hypercontrôle se sentirait trop gêné. Il convient alors de passer par d’autres biais comme les massages par exemple. Mais avec l’expérience et en adaptant les techniques, on peut aider la quasi totalité des personnes.

Voici venu le temps de la liste non exhaustives (loin de là) de relaxations que je présenterai dans d’autres articles. Dites-moi si certaines vous intéressent plus que d’autres.

  • La relaxation musculaire progressive (détente corporelle)
  • Les techniques hypnotiques (induction modifiant l’état de conscience à visée thérapeutique) Et NON, on ne peut pas vous faire faire n’importe quoi, c’est des bêtises !!!
  • Le training autogène de Shultz (autosuggestion et autodécontraction)
  • la sophrologie (association de différentes techniques qui sont regroupés en deux : les sophronisations et les relaxation dynamiques)
  • La méditation (c’est quoi ?)
  • la yoga (la plus ancienne des techniques, appelée Hatha Yoga, se base essentiellement sur des postures)
  • Imagerie et visualisation (modifier les états psychologiques associés à ces images)
  • Le biofeedback (suivre en temps réel l’évolution de certains paramètres physiologiques)

Pour terminer, je vous propose un exercice de respiration. Cliquez ici : Le contrôle respiratoire

Laisser un commentaire