The Happy Show


Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/livreshe/www/wp-includes/functions.php on line 3839

 

The Happy Show, mission

Stefan Sagmeister est un artiste autrichien, vivant à NYC. C’est un graphiste de renom ayant fait ses armes en créant des pochettes d’album comme celle de Bridges to Babylon des Rolling Stones.

Son dernier projet exposé en ce moment à Paris regroupe des réflexions et créations autour du thème du BONHEUR. C’est un sujet sur le quel il travaille depuis 10 ans et il nous livre le résultat de manière interactive, inventive et innocente. Il utilise un ton décalé et teinté de naïveté pour faire la nique aux marchand de pessimisme.

The Happy Show de Stefan Sagmeister from La Gaîté Lyrique on Vimeo.

Dés l’arrivée, Stefan Sagmeister nous met dans le bain en nous invitant à agir. Nous recueillons une carte avec une mission à réaliser au cours de l’exposition. Ainsi, j’ai vu une femme rire aux éclats, un homme prendre l’accent allemand tout le long de la visite et une jeune fille dessiner sa copine. Pour ma part, j’ai dû faire de suite 5 pompes (difficilement) et mon amie a passé toute l’expo la braguette ouverte ! L’artiste ajoute en lettres noires sur mur jaune (couleurs de la banane) que cette exposition ne nous rendra pas plus heureux. Et oui, si tu veux être heureux, il ne suffira pas de venir à une expo, il faut que tu te bouges !!! Et si tu le veux vraiment, alors tu trouveras peut-être ici des moyens d’y arriver.

Nous voilà prévenus et partis pour de multiples expériences. Stefan Sagmeister partage ses réflexions et entre autres des maximes personnelles. Elles sont le produit de vécus ou des objectifs qui l’aident à augmenter son sentiment de satisfaction. « J’ai toujours puisé mon inspiration dans les évènements que j’ai vécu et les émotions que j’ai ressenties. Je suis comme tout le monde, je crois, avec mes obsessions, mes désirs, mes blocages et mes peurs, à la recherche du bonheur. » Tout au long de la visite, les métaphores se vivent autant qu’elles se lisent. Et ça marche, dans l’action on se sent plus en vie.

WP_000865  WP_000868                      WP_000858

Une partie de l’exposition regroupe des statistiques sur nos prédispositions au bonheur. 21 mètres de graphiques illustrés. Si tu es une femme mariée et sans enfant, tu es potentiellement plus heureuse que si tu es divorcée et même célibataire. La décomposition du bonheur, c’est 50% de gènes, 40% d’activités et 10% des conditions de vie. Donc, l’argent et posséder qui fait le bonheur, tout ça… ce ne sont que des billevesées. Vous allez me dire que vous le saviez déjà mais vu la manière de vivre et de consommer la plus répandue en France, je pensais qu’il était important de le rappeler. Le plus marquant est sans doute les résultats d’une étude de mars 2013 de l’INSEE qui place les français comme le peuple européen le plus pessimiste et qui a régulièrement les plus mauvais indicateurs de bien-être. Qui déménage ?

Bref, Stefan Sagmeister met à notre disposition différents outils pour savoir si nous sommes heureux. Nous participons même aux statistiques puisqu’il nous présente 10 tuyaux de bubblegum numérotés de 1 à 10 (et ouai !) en demandant : « A quel point êtes-vous heureux sur une échelle de 1 à 10 ? ». On repart en ruminant et eux, à la fin de la journée, ont un indicateur du ressenti des visiteurs de la journée.

WP_000861

Nous voyons que le jour de ma visite, la plupart ont répondu 3/10 ; pas la gloire en vérité…

Un court-métrage sur son expérience de la méditation a attiré mon attention. Après des débuts difficiles où il ressent surtout de l’ennui et des douleurs musculaires, naît des vérités intérieures comme celle de vouloir être père. Il se révèle avec émotion devant nous. Il s’interroge sur cette pratique, sur les thérapies cognitives et les drogues. Il se pousse pour oser et le filme. Il a peur mais il y va et réalise qu’il se sent plus en vie dans ces actions que dans la répétition de ce qu’il connaît déjà.

« Les premiers outils accessibles à toutes personnes pour créer sont le corps et les tripes. »

Il nous pousse au questionnement, à la recherche philosophique et à l’action. En sortant, je ne me sens pas vraiment plus heureuse, mais plus apte à reconnaître les émotions positives qui y conduisent et celles qui m’en éloignent. Et puis, j’ai envie d’en rire !

2 commentaires


  1. Super, bonne idée d’expo… j’adore le concept! Attention, ça se termine cette semaine…
    des installations de bisous 🙂

    Répondre

    1. Tout à fait Puffin ! Mais le bonheur n’attend pas 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire